UA-128098117-1
Rechercher
  • gensollenalice-osteopathe

Les Fascias - Ostéopathie



C’est un peu comme une enveloppe cellophane autour des muscles, des os, des organes, des nerfs, artères, veines et canaux lymphatiques. Et chacune de ces enveloppes est en contact avec les autres. Les fascias séparent et en même temps connectent toutes ces structures entre elles. Elles doivent glisser les unes sur les autres.



Ces enveloppes doivent être souples car lorsqu’elles perdent de leurs souplesses ça se raidit, ça glisse moins, mais l’organe à l’intérieur ne peut donc pas s’expendre de la bonne façon. Il y a donc une perturbation de la bonne circulation des fluides (sang, lymphe). L'amplitude des mouvements en est également diminuée: imaginez du cellophane tout collé que vous essayez d’étendre, ça marche beaucoup moins bien que lorsqu'il il est bien lisse.



La qualité des fascias a une grande influence sur l’apparence générale du corps. Des fascias de bonne qualité (homogènes, souples, sans adhérences) donnent immédiatement un coup de jeune à l’enveloppe corporelle.


Il est également le siège de l’exteroception et de la proprioception, car les fascias sont vecteurs de tension musculaires et possèdent une contractibilité autonome (= indépendant de la volonté).



Un fascia c’est fait de:

L’eau représente plus de 60 % du poids des fascias et des muscles.Le collagène est une protéine extrêmement solide. L’élastine est une protéine à la fois solide mais élastique c’est-à-dire qu’elle est capable d’être étirée et de reprendre sa forme originelle après l’étirement.Les protéoglycanes (assemblage complexe de protéines et glucides) sont des sortes d’éponges,des structures qui gardent l’eau dans les fascias les maintenant souples. (La glucosamine et la chondroïtine contenues dans certains compléments alimentaires destinés à soulager les douleurs d’arthrose sont des protéoglycanes.)


Si vous n’avez pas suffisamment d’eau dans vos tissus, pas suffisamment de protéoglycanes, si les structures de collagène et d’élastine sont mal alignées ou présentes en trop grande quantité, vos fascias ne sont pas en bonne santé. --> Mais si vous vous hydratez bien et que votre alimentation est diversifiée et plein de légumes et fruits, ne vous inquiétez pas de la structure de vos fascias.

Des fascias en bonne santé sont texturés comme du gel, humide, moelleux, glissant, et retenant l’eau comme une éponge. Ainsi plus la concentration en eau est importante, plus les fascias auront une texture gélatineuse. (comme dans les images ci-dessus)


Mais vous pouvez prendre soins de vos fascias en variant les mouvements: plus les mouvements sont variés, plus le fascia sera souple , si on ne sollicite pas régulièrement son corps à exécuter de nouveaux mouvements, la diversité fait défaut.

Chacun devrait se poser la question suivante: quand ai-je fait pour la dernière fois une roulade, le pantin, des tractions à une barre, des exercices avec les anneaux ou un plongeon depuis le plongeoir d’un mètre? Pour s’inspirer et avoir de nouvelles idées, il suffit de se rendre sur une aire de jeu et de regarder ce que font les enfants. Ceux-ci découvrent toujours de nouvelles choses en jouant.



Les fascias sont très sensibles à toutes formes d’agressions physique, psychologique ou biologique. Lors d’un stress, le fascia se rétracte, se crispe. Cette réaction d’adaptation est en principe réversible mais il est fréquent que ces tensions s’installent et perturbent l’équilibre général de l’organisme. Les chocs physiques et psychologiques restent donc inscrits et mémorisés, cristallisés même dans le corps à notre insu. Une fragilité s’installe et permet à des pathologies plus sérieuses de se développer.


Les fascias, de même que toutes les structures corporelles, sont animés d’un mouvement lent, source de vitalité. Cette activité vivante de notre corps garantit la liberté de nos articulations, le confort et la vitalité de nos mouvements.

Du point de vue mécanique pour lutter contre les contraintes, les fascias s’organisent en chaines latérales. Si la contrainte dépasse un certain seuil, le fascia va modifier sa viscoélasticité et donc les fibres de collagène. La chaine se convertira en chaine lésionnelle.

Le fascia est plus sensible à la douleur que le muscle ou la peau.


Le but de l’ostéopathe est de dérouler ces fascias en donnant des points d’appui.

Les techniques fasciales font partie de l’approche diagnostique et thérapeutique des ostéopathes. D’autres techniques ciblent également les fascias : myofascial release, Fascial fitness, Rolfing ou intégration posturale, manipulation fasciale, massage transversal profond ou Méthode Cyriax, fasciathérapie. Le point commun de ces thérapies des « tissus mous » n’est pas d’agir directement sur les segments articulaires, mais sur le rétablissement des fonctions des fascias (élasticité, glissement, plasticité, contractilité) et pour solliciter des processus d’autorégulation physique et psychique.


Vous l'aurez compris, dans toute douleur vos fascias sont en partie responsables.


7 vues

© 2018 - Alpes-Maritimes - Gensollen Alice, Ostéopathe D.O.

UA-128098117-1